A+ A A-

Characterization of donkeys in Tunisia using morphological and morphometric measures

Attachments:
Download this file (JNS_SLM-12_2'.pdf)Volume 12, Article 2[Volume 12, Article 2]611 kB

Caractérisation morpho-biométrique des ressources asines en la Tunisie

 

Mohamed Aroua 1,3

Sana Khaldi 2

Samia Ben Said 3

Bayrem Jemmali4

Mokhtar Mahouachi3.

 

1Institut National Agronomique de Tunis, Université de Carthage, Tunisie

2Ecole Nationale de Médecine VétérinaireSidi Thabet, Tunisie

3Ecole Supérieure d’Agriculture du Kef, Université de Jendouba, Tunisie

LR13AGR02, Ecole Supérieure d’Agriculture de Mateur, Université de Carthage, Tunisie

 

 

Abstract - This work aims to characterize the diversity of Tunisia's donkey’s population and to evaluate its barymetric variability, and to establish the phylogenetic relations of this equine with its congeners under other latitudes. on a sample of 184 donkeys raised in 7 governorates of Tunisia, 15 body measurements: WH , PT , BL , NL , Lle , Lre, WC , HW , HL , CW ,CD , RW ,RL , RH and BH are studied , they are respectively 115.29 ± 9.07 cm, 125.09 ± 9.9 cm , 115.12 ± 9.37 cm, 37.85 ± 3.93cm, 25.81 ± 2.28 cm , 24.83 ± 2.27cm, 59.27 ± 4.73 cm, 22.76 ± 2.3cm, 37.2 ± 4.3 cm, 25.69 ± 4.1 cm, 44.8 ± 8.8 cm, 3.41 ± 4.97 cm , 36.9 ± 3.3 cm 118.1 ± 8.79 cm. this measurements are used to calculate 5body indexes. The corporal index of the profile (ICP = 1.003 ± 0.04) classifies Tunisian donkeys as being convex curvaceous, with a body ratio (ICor = 1.086 ± 0.041) in favor of their good fitness for work. The average cephalic index is 0.61, characteristic of dolichocephalic animals. Discriminant factor analysis and hierarchical ascending classification have shown that the donkey population in Tunisia consists of 3 genetic types.

Key words: Donkey’s population, Diversity, Panoptic, Corporal index, Tunisia

 

Résume- Ce travail vise à caractériser la diversité de la population asine de la Tunisie et à en évaluer la variabilité morpho-biométrique, dans le but d’établir la structure et les relations phylogéniques de cet équidé avec ses congénères dans la région et sous d’autres latitudes. Sur un échantillon de 184 ânes élevés dans 7 gouvernorats de la Tunisie, 15 mensurations corporelles à savoir il faut d'abord mettre les noms entiers HG, PT, LC, LE, LOg, LOd, CE, lt, LT, lp, pp, lcrp, Lcrp ,Hcrp et HD ont été collectées. Outre ces mensurations, la couleur de la robe et le sexe ont été aussi notés. Les valeurs moyennes (en cm) de ces mensurations sont respectivement 115.29 ± 9.07, 125.09 ± 9.9, 115.12 ± 9.37, 37.85 ± 3.93, 25.81 ± 2.28 cm, 24.83 ± 2.27cm, 59.27 ± 4.73 cm, 22.76 ± 2.3cm, 37.2 ± 4.3 cm, 25.69 ± 4.1 cm, 44.8 ± 8.8 cm, 3.41 ± 4.97 cm, 36.9 ± 3.3 cm ,118.1 ± 8.79 cm ,114.9±9 cm. Ces mensurations ont servi pour le calcul de 5 indices corporels souvent utilisés dans la littérature. L’indice corporel du profil (ICP = 1,003 ±0,04) a permis de classer les ânes Tunisiens comme étant brévilignes à profil convexe avec un rapport corporel (ICor = 1,086 ±0,041) en faveur de leur bonne aptitude au travail. L’indice céphalique est en moyenne de 0,61, indiquant ainsi que les ânes de la population étudiée est de type dolichocéphalie. L’analyse factorielle discriminante (AFD) et la classification ascendante hiérarchique (CAH) ont mis en évidence trois groupes phénotypiques différents : (90) ânes de petite taille, (49) de taille moyenne et (45) grande taille.

Mots-clés : Population d'âne; Diversité ; Panoptique; Indice corporel ; Tunisie.

 

 

1. Introduction

La population asine dans le monde est estimée à plus de 40 millions de têtes (Kugler et al., 2008) composée de 185 races reconnues jusqu'à nos jours. L’âne, animal de bât, de trait, est le moyen de locomotion de choix dans les zones montagneuses, et ce depuis sa domestication au Moyen -Orient et en Egypte dès le 3ème millénaire avant notre ère (8). Il est encore très utilisé en Afrique et en Asie, mais la mécanisation lui a fait perdre sa primauté pour les travaux agricoles, au point que certaines races asines sont actuellement éteintes telles que le petit gris du Berry en France ou l’âne de Cariovilli en Italie, et bien d’autres (20).

Depuis quelques années, cet animal connaît un regain d'intérêt dans plusieurs pays du monde pour la qualité exceptionnelle de son lait, de plus en plus utilisé à des fins cosmétiques et médicinales, grâce à ses propriétés antibactériennes, antivirales, antitumorales et même contre l'athérosclérose. La viande de l'âne, riche en acides gras poly-insaturés, est très demandée dans certains pays comme la Chine, l'Italie et l'Espagne (Picioni et al., 2008; Siméon,2008).

Pour toutes ces raisons, la caractérisation des populations asines à travers le monde devient une nécessité pour une meilleure connaissance de la biodiversité animale en vue de sa préservation et de son amélioration. En 2007, un plan d'action mondial pour les ressources zoogénétiques fut adopté par la FAO avec une actualisation régulière pour affiner et harmoniser davantage les procédures à l'échelle mondiale. La priorité stratégique 1 de ce plan mondial concerne la "caractérisation, inventaire et surveillance des évolutions et des risques associés". Cette démarche commence par une caractérisation phénotypique par l'étude des mensurations corporelles et des caractéristiques morphologiques comme la couleur de la robe. Pour harmoniser les protocoles de mesure, la FAO a élaboré en 2013 un manuel de caractérisation qui comprend 13 variables de plus en plus utilisées par les équipes de recherche à travers le monde. Par ailleurs, ces données morpho-biométriques sont utilisées pour déterminer les groupes phénotypiques ainsi que les liens phylogéniques entre les animaux pour affiner davantage leur caractérisation.

A l'instar des autres pays africains, les ânes ont fait l'objet de nombreux mouvements à travers l'histoire en Tunisie, ce qui aurait un impact sur la composition phénotypique et certainement génétique dans ce pays. Malgré leur effectif important (143 000 têtes), très peu d'études ont été consacrées à cette espèce. Ainsi, ce travail a pour objectif d'étudier les caractéristiques morphobiométriques des ânes dans les régions montagneuses qui constituent les aires d'élevage traditionnelles de cet animal.

 

2. Matériels et Méthodes

2.1. Régions d'étude et mesures morpho-biomètriques

Au total 15 pourquoi pas 13 comme FAO (2013), mensurations ont été prises sur un échantillon de 184 ânes adultes (72 mâles et 112 femelles) élevés dans 7 gouvernorats de la Tunisie (Le Kef, Jendouba, Zaghouan, Seliana, Kasserine, Manouba et Béja) en suivant la fiche d’enquête de la FAO (2013) afin de décrire leurs caractères morphologiques d’une manière standardisée. Ces mensurations sont la hauteur au garrot (HG), le périmètre thoracique (PT), la longueur du corps (LC), la longueur de l’encolure (LE), la longueur des oreilles gauche, la longueur des oreilles droite (Lod), la circonférence de l’encolure (CE) , la largeur de la tête ( lt), longueur de la tête (LT), la largeur de la poitrine (lp),la profondeur de la poitrine (pp), la largeur de la croupe(lcrp) , la longueur de la croupe (Lcrp) , la hauteur de la croupe (Hcrp) et la hauteur du dos(HD).

A partir de ces mensurations, 5 indices corporels ont été calculés (17) :


Rapport corporel (Icor) : pourtour thoracique (PT) / hauteur au garrot (HG)

Indice corporel de profil (Icp) : hauteur au garrot(HG) / longueur du corps (LC)

Hauteur devant derrière (HDD) : hauteur au garrot (HG) / hauteur de la croupe (HC)

Indice céphalique (Iceph) : largeur de la tête (lt) / longueur de la tête (LT)

Indice pelvien (IP) : largeur de la croupe (lcrp)/ longueur de la croupe (Lcrp)

Outre ces mensurations, la couleur de la robe des animaux a été notée. Par ailleurs, des informations concernant chaque animal (sexe, âge, gouvernorat, localité, utilisations de l’animal...) ont été collectées. L’âge de l’âne est généralement donné par l’éleveur mais il est vérifié par la dentition. Le poids vif des animaux a été estimé par le nomogramme à partir de 4 équations proposées par (5; 14; 27; 32).

PV1 = (PT(cm)2.575* HG(cm)0.240) / 3968

PV2=(PT(cm)2.826 / 4434.7

PV3= (PT(cm)2.65) / 2188

PV4= (PT (cm)*3.32) - 239.19

Analyse statistique

Les données ont été saisies sous Excel ®. Une analyse descriptive a été réalisée afin de dépeindre les paramètres morpho-biométriques de la population-échantillon. Pour modéliser l’influence des facteurs sexe et localité sur les mensurations morpho-biométriques des animaux, une analyse de la variance (ANOVA) a été conduite selon le modèle suivant :

Yijt (Descripteur) = μ + αi+ eijt

Avec μ : la moyenne de la population, αi : l’effet fixe et eijt : l’erreur propre à chaque animal.

A chaque fois que les effets sexe et localité étaient significatifs pour les mensurations, le test de Duncan et le test de corrélation de Pearson ont été effectués pour tester le degré d’association entre les indices biométriques et les mensurations corporelles.

Une analyse factorielle discriminante (AFD) a été réalisée pour classer les regroupements des individus en fonction de leur appartenance géographique, suivie d’une analyse de la classification ascendante hiérarchique (CAH) afin de répartir les animaux en groupes et établir le dendrogramme par le logiciel XLSTAT (1).

 

3. Résultats et discussion

3.1. L’utilisation de l’âne en Tunisie :

En milieu rural, cet équidé possède une force de traction appréciée en raison de sa rusticité et de sa résistance, bien supérieures à celle du bœuf et du cheval (18) : il véhicule les personnes, transporte l’eau et aide au déplacement des transhumants. Ces activités sont également rapportées dans d'autres le Burkina Faso (3), le Sénégal (4) et le Cameroun (13; 28; 34). Attelé, monté ou bâté, Le relief accidenté des zones montagneuses de l’ouest du pays, ainsi que la rareté des points d’eau, justifient l’équipement de l’âne d’une selle artisanale et/ou d’un bât à paniers assurant le transport des jarres et des bidons d’eau.

Dans les ruelles de certaines zones citadines où les véhicules ne peuvent pas accéder, l'âne utilisé pour le transport des marchandises (fruits, intrants alimentaires, matériaux de construction…), ainsi que pour le ramassage des détritus et ordures ménagères. Le même phénomène est observé dans d’autres pays africains, tels que le Sénégal et le Burkina Faso (26;

34).

 

3.2. Caractéristiques de la robe

La couleur bai est la plus observée (38.05%) avec une nuance clair et la présence de grisonnés autour des naseaux, lèvres, et menton. , Cette description est similaire à celle notée chez l’âne commun de l’Afrique du Nord (23). La robe Noire pangarée (32.07%) avec un ventre clair et quelques poils sur le chanfrein est assimilée à la race sicilienne. La couleur grise représente 23.4 % avec la présence des raies dorsales et ventrales formant une bande cruciale formant un sabre de St-André. Elle est ainsi similaire à celle de l’âne de Nubie (15) et l’âne du nord-ouest du Cameroun (11)Enfin, la robe noire avec une cape uniforme représente (6.5%) des observations ce qui indiquerait une ressemblance avec l’âne de Grand Berry.

 

3.3. Caractéristiques morpho- biométriques

La localité et le sexe agissent significativement (biomètriques respectivement (tableau 1). La hauteur au garrot varie entre 103 cm et 147 cm avec une moyenne de 115,3 cm, cette valeur enregistrée chez l’âne de la Tunisie est supérieure à celle trouvée chez l’âne du Nord-ouest de Cameroun (99,7cm) par (11). Ces résultats sont en contradiction avec ceux avancés par (36) pour qui la hauteur au garrot des ânes en Afrique ne dépasse pas 105cm. Cela démontre que la morpho-biométrie de l’âne des zones montagneuses de la Tunisie est différente de celle de l’âne originaire de l’Afrique sub-saharienne. Dans la même optique, le périmètre thoracique moyen retrouvé est relativement plus important que celui de l’âne du Cameroun (11; 15) où l’on enregistre une moyenne de 107,5 cm pour ce paramètre, ainsi que celui de l’âne du Sénégal (108.9 cm ) (28) et celui de l’âne du Burkina Faso (105.1 cm) (29), ce qui indique un gabarit plus important chez l’âne tunisien que ses congénères subsahariens. Ces différences seraient dues en partie au croisement et à la sélection génétique entrepris depuis l’ère coloniale dans le but d’améliorer les performances de la population asine locale, entre autres pour la production mulassière (12), mais aussi par la dérive génétique.

La longueur moyenne de l’encolure (37,8 cm) est en revanche plus faible chez l’âne tunisien que chez celle trouvée chez l’âne du Nord du Cameroun (44,41 cm) (11) et l’âne de l’Ethiopie

(43.7 cm) (19). La circonférence moyenne de l’encolure (59,7cm) est toutefois similaire aux résultats rapportés pour les ânes de la population locale du Nord de Cameroun (11). La largeur de la tête (22,7 cm) est assez similaire à celle l’âne Catalane (23cm) originaire d’Espagne (17), qui fut massivement introduit en Tunisie au XVIsiècle suite à l’immigration des mauresques vers l’Afrique du Nord après la Reconquista. La tête de l’âne Tunisien est cependant moins que celle de l’âne du nord du Cameroun (24,29 cm) (11). Quant à la longueur de la tête (37,2 cm), elle est sensiblement similaire à celle de l’âne Catalane (39 cm) mais de loin inférieure à celle des ânes des races Afar (45,3 cm) et Omo (47,2 cm) originaires de l’Éthiopie (19). Ces mêmes races possèdent également une croupe aussi large que celle de l’âne des zones montagneuses de la Tunisie (33,7 et 33,4 cm, respectivement). La croupe est plus haute (118,13 cm) chez l’âne des zones montagneuses de la Tunisie que chez l’âne de la race abyssinienne 95,4 cm) originaire d’Ethiopie (19).

L’estimation du poids vif à partir du nomogramme donne des résultats plus proches à ceux trouvés par Svendson (32) qui rapporte un poids moyen de 201 ± 46 kg, ce qui prouve que les ânes en Tunisie ont un très bon état d’embonpoint. Le poids moyen calculé chez la population étudiée fait classer ces ânes comme étant de poids moyen, en comparaison avec d’autres races telles que la race Catalane (330,7± 5,08 kg) et la race Poitevine (346,4 ±5,00 kg) (5).

 

 

Tableau 1 : valeurs minimales et maximales, moyenne, écart-type et coefficient de variation des paramètres morpho-biométriques et de l’indice corporel des ânes des zones montagneuses de la Tunisie

Paramètres

N

Min

Max

Moyenne

Ecart-type

cv en %

PV1

184

127,23

370,57

201,11

46,3

23

PV2

184

106,41

296

167,341

36,4

22

PV3

184

112,7

278,7

176,117

32,8

19

PV4

184

114,4

337,1

184,735

42,5

23

HG

184

103,000

147,000

115,293

9,073

7,86

PT

184

106,000

156,000

125,092

9,909

7,923

LC

184

104,000

141,000

115,120

9,379

8,1

LE

184

30,000

45,000

37,853

3,939

10,4

LOg

184

24,000

35,000

25,815

2,228

8,6

LOd

184

23,000

34,000

24,837

2,278

9,2

CE

184

51,000

69,000

59,272

4,733

7,98

Lt

184

18,000

31,000

22,766

2,316

10,17

LT

184

31,000

52,000

37,207

4,324

11,6

Lp

184

19,000

36,000

25,690

4,140

16,1

Pp

184

4,000

65,000

44,821

8,892

19,8

Lcrp

184

23,000

42,000

33,413

4,975

14,8

Lcrp

184

28,000

45,000

36,908

3,334

9,03

Hcrp

184

105,000

149,000

118,136

8,796

7,4

HD

184

100,000

135,000

114,913

9,020

7,8

Icor

184

0.981

1,233

1,086

0,041

3,76

Icp

184

0,844

1,118

1,003

0,047

4,71

Iceph

184

0,487

0,676

0,614

0,035

5,67

IP

184

0,535

1,147

0,910

0,134

14,67

HDD

184

0,894

1,057

0,976

0,019

1,96

L'indice corporel ICor (1.086 ± 0.041) indique que les ânes de la population locale de la Tunisie ont une conformation qui les rend bien disposés pour le travail. Cette valeur est comparable à celles rapportées pour les ânes du Nord-ouest du Cameroun et de la race Catalane d’Espagne respectivement (11; 17).

 

L’indice corporel du profil (1,003 ± 0.047) permet de classer les ânes Tunisiens comme étant brévilignes à profil convexe, classement conforme avec celui décrivant les races d’âne de l’Afrique du Nord et de l’Europe méridionale (10). Cependant, la race Catalane et l’âne du Nord-ouest du Cameroun n’appartiennent pas à cette classe, étant de profil longiligne. L’âne de la Tunisie est plus haut postérieurement qu’antérieurement comme l'étaye l'indice HDD (0.97) Enfin, les indices IC (0.61) et IP (0.91) montrent que la population asine étudiée est dolichocéphalie et à croupe convexe respectivement.

L’analyse factorielle discriminante (AFD) fait ressortir que les deux premiers axes représentent près de 51,84% de la variabilité totale (Figure 1), avec une répartition inégale : le premier axe représente 19,34% de la variabilité totale, alors que et le deuxième en explique 32,49%. La distribution des animaux selon les axes localités est très diffuse tout en formant 3 différents groupes.

 

 

Figure 1 : Représentation des variables et des observations par AFD en fonction des localités sur les 2 axes F1 et F2

 

L’arbre phylogénétique (Figure 2) obtenu à partir des différents paramètres morphobiométrique, illustre les relations entre les trois groupes d'ânes des zones montagneuses de la Tunisie. Cet arbre phylogénétique met en évidence la parenté entre les 3 groupes, avec une relation plus importante entre les deux premiers groupes, alors que le troisième est phylogénétiquement plus éloigné.

 

 

Figure 2 : Dendrogramme

 

Les paramètres morpho-biométriques caractéristiques de chaque groupe d’âne sont présentés dans le tableau 2. Le premier groupe (n = 90) correspond aux ânes de petite taille, ayant une hauteur au garrot moyenne de 108 cm, une hauteur de la croupe de 111,9 cm et une hauteur du dos de 107,7 cm. Les animaux de ce groupe possèdent généralement une robe de couleur bai caractéristique de l’âne commun de l’Afrique du Nord (23), avec la présence de grisonnés autours des naseaux, lèvres et menton un museau, et avec l’absence des raies. Les ânes du deuxième groupe (n = 49) sont de taille moyenne (115 cm en moyenne), avec une croupe haute de 117,6 cm et une hauteur du dos de 116,6 cm. Ce groupe se caractérise par une robe grise avec une bande cruciale caractéristique de l’âne de Nubie (15). Le troisième groupe (n = 45) contient les ânes de grande taille, dont la hauteur au garrot moyenne est de 128 cm, et la hauteur du dos de 127 cm, et comprend les ânes de couleur noire avec la présence d’une raie dorsale.

 

Tableau 2: Caractéristiques des classes des ânes identifiés après l’analyse CAH

 

class1

class2

class3

 

Moyenne

Ecart-type

Moyenne

Ecart-type

Moyenne

Ecart-type

HG

108,51

2,04

115,69

4,47

128,42

6,58

PT

116,72

2,56

127,5

3,702

139,15

5,481

LC

108,6

1,92

113,4

5,62

129,8

4,02

LE

35,06

2,378

42,4

1,061

38,4

3,533

Log

24

0

25,91

0,39

29,3

1,08

Lod

23

0

24,9

0,39

28,4

1,21

CE

55,13

2,45

61,44

1,061

65,17

2,08

Lt

22,64

0,865

20,673

0,98

25,2

2,904

LT

37,05

2,38

33,7

2,20

41,24

5,61

Lp

24,5

1,87

22,2

2,44

31,7

2,16

Pp

40,34

5,63

40,61

2,9

58,3

2,98

Lcrp

33,08

2,373

37,61

3,60

29,4

6,50

Lcrp

35,8

1,8

38

1,6

37,7

5,69

HCRP

111,9

2,07

117,6

4,4

131,08

6,44

HD

107,7

2,54

116,69

4,47

127,24

6,48

  

Conclusion

La population locale d’ânes en Tunisie présente une grande variabilité morpho-biométrique et continue à être fortement utilisée dans les zones montagneuses pour accomplir des travaux à la fois agricoles et ménagers Ces animaux sont en effet classés en majorité de type bréviligne à profil convexe, bien conformés pour le travail. De plus, l’analyse factorielle discriminante et la classification hiérarchique ascendante mettent en évidence 3 types de groupes phénotypiquement différents. La caractérisation génétique serait donc une étape suivant très importante pour étayer une telle classification.

 

Références bibliographiques

Addinsoft X. 2013. Data analysis and statistics software for Microsoft Excel. Addinsoft, New York

Bernus E. 2013. L aits touaregs. Ressources vivrières et choix alimentaires dans le bassin du lac Tchad:399

Blench RM. 2000. A history of donkeys, wild asses and mules in Africa. The origins and development of African livestock: Archaeology, genetics, linguistics and ethnography:339-54

Blench RM. 2004. The history and spread of donkeys in Africa. Wageningen: ACP-EU Tecnical Center for Agriculture and Rural Cooperation

Boujenane I, Machmoum M. 2008. Mensurations corporelles des ânes des races Poitevine et Catalane et de leurs croisés au Maroc. Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux 61:63-7

Brumini D, Furlund CB, Comi I, Devold TG, Marletta D, et al. 2013. Antiviral activity of donkey milk protein fractions on echovirus type 5. International Dairy Journal 28:109-11

Charfi I, Rezouga F, Makhlouf A, Bornaz S. 2018. The behaviour of Arabian donkey milk during acidification compared to bovine milk. International Journal of Dairy Technology 71:439-45

Clutton-Brock J. 1999. A natural history of domesticated mammals. Cambridge University Press

Davey M. 2017. RSPCA calls for ban on live export of donkeys as NT considers expanded market. The Guardian 9

Dechambre P. 1921Les équidés. Charles Amat

Defeu M, Meutchieye F, Manjeli Y. 2015. DIVERSITÉ PHÉNOTYPIQUE DE L’ÂNE DOMESTIQUE (EQUUS AFRICANUS ASINUS) DANS LA RÉGION DES HAUTES TERRES DU NORD OUEST CAMEROUN. Animal Health and Production 137:137

DENJEAN Y. 1950. L'Elevage des Anes et des Mulets en Tunisie, l'Etablissement d'Elevage de Sidi-Tabet

Doutressoulle G. 1947. L'élevage en Afrique occidentale françaiseLarose

Ebangi A, Vall E. 1998. Phenotypic characterization of draft donkeys within the Sudano-Sahelian zone of Cameroon. Revue d'élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux 51:327-34

Ebangi A, Vall E. 2005. Dry season effect on live weight and some body dimensions of working donkeys in the Sudano-sahel region of Cameroon. Tropicultura 23:48

Faostat. 2018. http://www.fao.org/faostat/fr/.

Folch P, Jordana J. 1997. Characterization, reference ranges and the influence of gender on morphological parameters of the endangered Catalonian donkey breed. Journal of Equine Veterinary Science 17:102-11

Kaggwa EK, Kwari H, Ajayi M, Shinggu P. 1988. Clinical parameters of donkeys before and after Trypanosoma vivax infection. Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux 41:265-9

Kefena E, Beja-Pereira A, Han J, Haile A, Mohammed Y, Dessie T. 2011. Eco-geographical structuring and morphological diversities in Ethiopian donkey populations. Livestock Science 141:232-41

Kugler W, Grunenfelder H-P, Broxham E. 2008. Donkey breeds in Europe. St. Gallen, Switzerland: Monitoring institute for rare breeds and seeds in Europe

Kugler W, Grunenfelder H-P, Broxham E. 2008. Donkey breeds in Europe: Inventory, description, need for action, conservation: Report 2007/2008Monitoring Institute

Lauzier A-C. 2011. Pratiques d'allaitement à Port-Royal et aux Enfants-Assistés à la fin du XIXe siècle. Mémoire pour le diplôme d'Etat de sage-femme, Faculté de médecine de Paris, Ecole de Sage-femme de Baudelocque

Madani L. 2016. Caractérisation morphométrique et typologie de l’élevage de l’âne (Equus asinus ) au niveau de la wilaya de Tlemcen.

Mao X, Gu J, Sun Y, Xu S, Zhang X, et al. 2009. Anti-proliferative and anti-tumour effect of active components in donkey milk on A549 human lung cancer cells. International Dairy Journal 19:703-8

ONAGRI. 2018. Observatoire National de l'Agriculturehttp://www.onagri.nat.tn/uploads/divers/enquetes-structures/section_11.htm#_Toc124559925

Ouedraogo T, Tisserand J. Etude comparative de la valorisation des fourrages pauvres chez l'âne et le mouton. Ingestibilité et digestibilité. Proc. Annales de zootechnie1996, 45:437-44:

Pearson R, Ouassat M. 1996. Estimation of the liveweight and body condition of working donkeys in Morocco. The Veterinary Record 138:229-33

ROAMBA CR. 1990. Caractérisation morphobiométrique et biochimique des asins (Equus asinus) du Sénégal. UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

Salifou K. 2014. Caractérisation morphobiométrique et biochimique des ânes (Equus asinus) du BurkinaFaso. Université Cheek Anta Diop, EISMVT

Sana Z. 2005. caractérisation phénotypiques des ânes en Tunisie.

Šarić LĆ, Šarić BM, Mandić AI, Torbica AM, Tomić JM, et al. 2012. Antibacterial properties of domestic Balkan donkeys’ milk. International dairy journal 25:142-6

Svendsen E. 1997. Donkeys abroad. The professional handbook of the donkey, 3rd edition. London: Whittet Books. ISBN:978-1

Tafaro A, Magrone T, Jirillo F, Martemucci G, D'alessandro A, et al. 2007. Immunological properties of donkey's milk: its potential use in the prevention of atherosclerosis. Current pharmaceutical design 13:3711-7

Tapsoba M. 2012. Aspects socio-économiques de l’âne, les pathologies dominantes et leur prise en charge au Burkina Faso. Thèse Méd. Vét. Dakar 16:165

Tidona F, Sekse C, Criscione A, Jacobsen M, Bordonaro S, et al. 2011. Antimicrobial effect of donkeys’ milk digested in vitro with human gastrointestinal enzymes. International Dairy Journal 21:158-65

Wilson R. 1981. Distribution and importance of the domestic donkey in circumsaharan Africa. Singapore Journal of Tropical Geography 2:136-43

Zhang X-Y, Zhao L, Jiang L, Dong M-L, Ren F-Z. 2008. The antimicrobial activity of donkey milk and its microflora changes during storage. Food Control 19:1191-5

 

Add comment


Security code
Refresh

Copyright

This article is published under license to Journal of New Sciences. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

CC BY 4.0